Les résultats sont maintenant connus : le trafic infonuagique va quadrupler au cours des quatre prochaines années

Cette semaine, Cisco a publié son quatrième Index mondial de l’infonuagique (Global Cloud Index) annuel qui porte sur les années 2013 – 2018. Nous offrons l’étude à titre de ressource de l’industrie aux professionnels des TI, mais ses résultats touchent à peu près tout le monde.

Extrait de l'indice mondial Infographie Nuage de Cisco

Extrait de l’indice mondial Infographie Nuage de Cisco

Ce qui est fascinant au sujet des résultats de la dernière étude est que les chiffres sont incroyablement élevés. Les résultats sont connus et ils démontrent qu’entre 2013 et 2018 le trafic infonuagique va quadrupler! Plus particulièrement, nous nous attendons à ce qu’en 2018, le trafic IP mondial atteigne 715 exaoctets par mois et 8,6 zettaoctets par année.

Qu’est-ce qu’un zettaoctet exactement? Je suis heureux que vous me posiez cette question! Un zettaoctet est un trillion de gigaoctets.

Ce chiffre est un peu difficile à digérer. Nous allons donc le mettre en perspective : 8,6 zettaoctets équivalent à environ 9 trillions d’heures de lecture vidéo haute définition en transit.

Selon les prévisions relatives à la population mondiale pour 2018, cela représente environ 3 heures de lecture vidéo haute définition en transit quotidiennes pour chaque personne sur terre!

En plus d’être tout simplement ahurissants, ces chiffres représentent un taux de croissance combiné annuel de 23 %. En fait, le trafic infonuagique mondial croît plus rapidement que l’ensemble du trafic mondial de centre de données. En 2013, le nuage était à l’origine de 54 % de tout le trafic de centre de données et d’ici à 2018, nous nous attendons à ce que ce pourcentage atteigne 76 % du total.

Le nuage est en voie de devenir une partie intégrale de nos vies personnelles et professionnelles au quotidien, mais les services aux consommateurs à large bande passante sont à l’origine de beaucoup plus de trafic que l’utilisation à des fins commerciales. L’index mondial de l’infonuagique de cette année indique que d’ici à 2018, le trafic infonuagique des entreprises représentera seulement 34 % du trafic infonuagique mondial de centre de données, ce qui représente une baisse de 41 % par rapport à 2013. À l’inverse, le trafic infonuagique issu des consommateurs, qui comprend les services de lecture en continu cinématographique et musicale, comme Netflix et Spotify, représentait 59 % du trafic infonuagique de centre de données en 2013 et l’on s’attend à ce qu’il atteigne 66 % du total d’ici à 2018.

Qu’est-ce que cela signifie pour le Canada? Premièrement, cela signifie que nous allons non seulement avoir besoin d’une meilleure infrastructure pour acheminer nos données, mais que nous allons aussi devoir être prêts à protéger et à stocker ces données. Deuxièmement, cela signifie également que nos entreprises doivent s’adapter à l’avenir des TI, où la plupart des applications et des données seront exploitées depuis les nuages et seront acheminées entre les nuages au lieu de sur les lieux.  En bref, il est temps de préparer votre réseau maintenant pour la réalité de demain.

Je vous laisserai sur une ultime réflexion. Bien que le Canada ne figurait pas parmi les pays chefs de file en matière de performance de réseaux mobiles ou câblés en 2014, l’Amérique du Nord au grand complet a vu le plus grand nombre de charges de travail infonuagiques (30,5 millions ou 54 % des charges de travail infonuagiques mondiales) et il est prévu qu’elle continuera en tant que leader, alors que ce nombre passera à 69,3 millions de charges de travail d’ici à 2018.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur l’index mondial de l’infonuagique, utilisez notre outil GCI Highlights Tool. Pour consulter des prévisions par région, lisez le document technique GCI Whitepaper ou jetez un coup d’œil au document infographique.

Votre entreprise sera-t-elle prête pour les charges de travail infonuagiques de l’avenir? Vous pouvez nous en faire part ci-dessous.

A propos Roy Purtill

As Vice President of Cloud Computing for Cisco Canada, Roy Purtill is responsible for accelerating the adoption of cloud services across the country. Previously at Cisco, Purtill served as the vice president and principal client director for Bell Canada. In this role, he oversaw the Bell Canada relationship with Cisco worldwide, including responsibility for sales and support services and management of business development teams. He joined Cisco in 1999 and served as a strategic account manager and client director for Virgin Media as well as senior global account manager for Reuters in the U.K. before joining Cisco Canada. En tant que vice-président, marché de l'infonuagique, M. Purtill est responsable de l'accélération de l'adoption des services infonuagiques d'un océan à l'autre. Auparavant, il occupait le poste de vice-président et de directeur général pour notre client principal Bell Canada. À ce titre, il a supervisé la relation entre Cisco et Bell à l'échelle internationale, y compris les services des ventes et de soutien et les équipes de gestion de l'expansion commerciale. Il est entré au service de Cisco en 1999 et a occupé les postes de directeur de comptes stratégiques et directeur client pour le compte Virgin Media. Avant de grossir les rangs de Cisco Canada, il a joué le rôle de gestionnaire de compte international principal pour Reuters au Royaume-Uni.
Cet article, publié dans Centre de données et virtualisation, Tous les messages, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s