Questions et réponses avec Sean Stanleigh, Défis du secteur de la petite et moyenne entreprise canadienne

J’ai récemment discuté avec Sean Stanleigh, éditeur de la rubrique Report on Small Business pour The Globe and Mail, au sujet de certains défis auxquels sont confrontés les entrepreneurs de la petite et moyenne entreprise canadienne. Nous avons parlé des principaux enjeux avec lesquels les entreprises du marché intermédiaire doivent composer au Canada et du rôle que la technologie occupe dans ce secteur. Voyez notre conversation ci-dessous et assurez-vous d’inscrire vos impressions dans la section Commentaires. 

Gary Isaacs: Quels sont les principaux défis que les petites et moyennes entreprises doivent relever dans le marché canadien?

Sean Stanleigh : Je crois que l’accès au financement demeure le premier défi à relever, surtout pour les entreprises en phase de démarrage, mais également pour celles du marché intermédiaire. De nombreuses jeunes entreprises ne savent pas si elles devraient obtenir leur financement auprès d’investisseurs providentiels, des banques ou des investisseurs en capital de risque. Je crois que les banques sont plus particulièrement mises à défi. Je ne crois pas que la majorité des entrepreneurs, du moins en phase de démarrage, réalisent que les banques ne sont pas prêtes pour ce marché. Elles préfèrent faire affaire avec des entreprises en croissance. Les investisseurs providentiels, et bien souvent les investisseurs en capital de risque, s’intéressent aux entreprises en démarrage, mais les investisseurs en capital de risque et les banques sont plutôt axés sur les entreprises qui sont assez bien établies et produisent un certain revenu.

Je crois que les entreprises sont nombreuses à échouer parce qu’elles n’ont pas assez de connaissances du marché du financement, mais également en raison de l’insuffisance des ressources financières du gouvernement qui devraient être là pour combler les écarts et aider à résoudre certains problèmes. Un autre enjeu important présentement est celui de la planification de la relève; environ 60 % des entreprises établies n’ont pas de plan de relève. Elles sont nombreuses à y penser seulement quand la situation devient urgente, par exemple, si l’un des fondateurs ou le chef de la direction décède, ou s’il subit des blessures graves qui l’invalident.

Disposer de la bonne technologie qui permet de poursuivre ses activités commerciales de façon efficace est également un défi très important. Il vous faut investir dans les bons équipements sinon vous risquez d’être confronté aux problèmes que posent les réseaux sans fil, et plus particulièrement aux questions de sécurité et d’interférence.

Gary : Êtes-vous d’avis que la technologie constitue un défi pour la petite et moyenne entreprise.

Sean: Comme il est de plus en plus facile d’utiliser la technologie, il devient plus difficile d’établir une présence au moyen de la technologie. En fait, il y a tellement d’effervescence présentement qu’il ne suffit pas d’être sur un média social, faut-il encore être en mesure de l’utiliser à bon escient. Je crois que c’est là que se trouve le vrai défi. Et peu importe que la moitié des petites entreprises de ce pays n’ait pas de site Web et que l’autre moitié en ait un, la plupart d’entre elles n’a probablement pas de site mobile ou de site mobile convivial.

Je crois qu’à tous les deux ou trois ans, nombreuses sont les entreprises qui se rendent compte, surtout si elles travaillent dans le secteur de la technologie, qu’elles devront sans cesse modifier les modèles d’affaires. Elles devront non seulement développer de nouveaux produits, mais également de nouvelles approches et de nouvelles façons de vendre ces produits, aux risques de s’apercevoir que les jeunes entrepreneurs plus souples sont en train de les dépasser, du simple fait qu’ils réagissent plus vite.

Gary: D’après votre expérience, croyez-vous que ces entreprises au Canada savent comment utiliser et optimiser la technologie à leur avantage, comme vous le mentionner, ou croyez-vous que c’est une question à laquelle elles n’ont pas encore été confrontées?

Sean: Cela demeure un défi non résolu, pour la majorité d’entre elles. Je crois que les entreprises qui utilisent la technologie le font vraiment très bien. Puis il y a les entreprises qui soit ne l’utilisent pas du tout ou qui l’utilisent de façon non efficace et honnêtement, je crois qu’il n’y a pas de demi-mesure dans ce domaine. Pour ce qui est de ma propre expérience, et d’après mes discussions avec les personnes qui assistent aux événements, les entrepreneurs avec qui je discute devant un café, par mes interactions en ligne avec les gens, ou peu importe par quel moyen, il semble y avoir une tendance vers un profil très particulier d’entreprises qui sont axées sur la technologie, ce qui me pousse à croire qu’il existe un important écart entre les deux qui doit être exploité.

Gary: D’après votre expérience, quelle est la meilleure façon pour les petites et moyennes entreprises d’atteindre les consommateurs?

Sean: Les gens s’intéressent de plus en plus au contenu de leur appareil mobile. On voit moins de personnes se rendre sur les pages conventionnelles comme les pages d’accueil des entreprises, des médias, des sociétés d’envergure, ou peu importe le type, alors que plus de personnes vont chercher leur contenu sur les réseaux sociaux ou en effectuant une recherche et plus particulièrement maintenant, par la recherche sémantique.

La nouvelle tendance est surtout axée sur l’aspect social qui semble être de plus en plus le mode utilisé pour interagir avec le contenu. Donc si votre entreprise n’est pas sur un média social, vous n’êtes pas sur le Web. Et vous serez bientôt hors de la course.

Gary: Merci d’avoir répondu à nos questions Sean. J’ai beaucoup apprécié notre discussion. Et j’espère que vous serez de nouveau notre invité sur ce blogue bientôt.

Sean: Merci de l’invitation Gary. Je me ferai un plaisir d’y revenir.

Y a-t-il d’autres défis que votre petite ou moyenne entreprise doit relever? Nous voulons en savoir plus. Partagez vos opinions avec nous dans la section Commentaires ci-dessous ou envoyez-nous un courriel à l’adresse askgary@external.cisco.com.

Dans notre prochain billet, nous parlerons du défi que pose le sans fil : comment élargir votre réseau d’affaires pour y connecter votre personnel et vos clients de façon simple et plus important encore, de façon sûre.

Sean Stanleigh est l’éditeur de la rubrique Report on Small Business dans The Globe and Mail. On peut y lire des renseignements et des récits intéressants sur la communauté des entrepreneurs canadiens et sur les événements de réseautage à l’échelle du pays.

Site Web: tgam.ca/smallbusiness

Courriel: smallbusiness@globeandmail.com

Twitter: @globesmallbiz et @seanstanleigh

Pinterest: Pinterest.com/globesmallbiz

Groupe Linkedin Globe Small Business: tgam.ca/linkedinsb

A propos Gary Isaacs

Gary Isaacs is Vice President, Mid-market and Small Business for Cisco Canada, responsible for all aspects of Cisco’s national execution across the mid-market and small business customer segment. He also leads the development of Cisco’s Canadian mid-market strategy and is responsible for a team of business managers who work closely with inside sales, marketing, and partners. Isaacs has more than 30 years of experience in the technology industry. Prior to joining Cisco Canada, he spent more than 25 years with IBM, where he most recently served as director of business partner sales for North America. He also held various sales, finance, and marketing roles across IBM’s Canada, United States, and North America operations. Gary Isaacs est le vice-président du segment des petites et moyennes entreprises (PME) au sein de Cisco Canada, responsable de tous les aspects de l'exécution nationale de Cisco à l'échelle du segment des petites et moyennes entreprises. Il dirige également l'élaboration de la stratégie canadienne à l'intention des PME de Cisco et est responsable d'une équipe de gestionnaires commerciaux qui travaille en étroite collaboration avec les équipes de vente internes, les équipes de mercatique et les partenaires. M. Isaacs possède plus de 30 ans d'expérience de l'industrie des technologies. Avant d'entrer au service de Cisco Canada, il a passé plus de 25 années chez IBM, où son dernier poste a été celui de directeur général des ventes aux partenaires en Amérique du Nord. Il a aussi joué divers rôles au sein des services des ventes, des finances et de la commercialisation d'IBM Canada, É.-U. et Amérique du Nord.
Cet article, publié dans Petites et moyennes entreprises, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Questions et réponses avec Sean Stanleigh, Défis du secteur de la petite et moyenne entreprise canadienne

  1. Ping : Technologies sans fil pour les petites et moyennes entreprises: objectifs, limites et avantages | Blogue de Cisco Canada

  2. Ping : AVA pour PME: passer des défis aux occasions | Blogue de Cisco Canada

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s