Canada: mouvement Smart City prend son envol

De plus en plus de collectivités canadiennes se tournent vers le mouvement Communautés intelligentes pour y trouver les moyens, les outils et la gouvernance qui les aideront à tirer profit du monde en rapide évolution dans lequel elles essaient de vaincre la concurrence et de croître. Le mouvement Villes intelligentes (ou Communautés intelligentes, ou Communautés intelligentes connectées, ou tout autre nom que vous utilisez) n’est pas nouveau. De nombreuses villes autour du monde ont déjà adopté l’intersection de la gouvernance, de l’élaboration des politiques, de la collaboration, de l’innovation, et de la technologie comme moteur pour propulser leurs communautés vers l’avant dans un monde présentant de plus en plus de défis.

De nos jours, cependant, le mouvement a créé un tel enthousiasme que différentes marques suggèrent même différentes étapes de progression dans le parcours vers une communauté intelligente par lesquelles une municipalité pourrait indiquer son niveau réel d’intelligence. Tout cet engouement et ces plaisanteries sont une bonne chose parce que je crois sincèrement qu’ils atteignent l’objectif visé : l’examen des possibilités que le mouvement Communautés intelligentes peut offrir aux municipalités qui veulent croître, exceller, se différencier et fournir un environnement sécuritaire et sain, où tous les citoyens, les entreprises et les autres constituants bénéficient d’une meilleure qualité de vie. 

Malgré les arguments de ceux qui critiquent les entreprises technologiques parce qu’elles tentent de modeler les communautés intelligentes, je crois qu’il est raisonnablement bien compris qu’une ville intelligente n’est pas « uniquement » une ville très avancée du point de vue technologique. Dans une communauté intelligente (eh oui, j’utilise sciemment les termes de façon interchangeable, car ils sont vraiment identiques), nous voyons la collaboration et les interactions optimisées entre les personnes (et les organisations), les processus, les données et les objets déboucher sur une « plateforme » ou une culture qui permettent à tous les constituants de la municipalité de saisir les occasions personnelles, économiques, sociales et environnementales qui s’offrent à eux pour leur permettre de prospérer. En plus de relier les gens et les organisations entre eux pour former la base d’un écosystème de collaboration qui sera axé sur les objectifs communs de la communauté par des projets d’innovation et de transformation, la maturité de la technologie et l’Internet de prochaine génération (l’Internet multidimensionnel) joueront certainement un rôle important dans le façonnage des communautés intelligentes.

Des municipalités canadiennes parmi les 7 meilleures communautés intelligentes.

Les communautés canadiennes semblent comprendre le message. Il est très stimulant de constater que les communautés et les régions se regroupent pour faciliter la conversation, entreprendre la démarche et mobiliser leurs constituants afin de commencer à profiter de nombreuses occasions inexploitées qui s’offrent à elles. Le forum ICF–Intelligent Communities Forum (@NewCommunities) a même souligné la présence de trois communautés canadiennes parmi les sept communautés les plus intelligentes au monde : Winnipeg (Manitoba), Toronto (Ontario) et Kingston (Ontario)–non pas parce qu’elles avaient mis en œuvre la technologie la plus avancée, mais parce qu’elles avaient adopté une culture de collaboration et de coopération dans la recherche de la prospérité et des occasions pour tous. Les visites des sites étant maintenant terminées, le jury délibérera bientôt et fera connaître la communauté gagnante au début juin.

Croissance véritable de Cisco

Il n’y a pas seulement les villes reconnues par l’ICF qui posent les bons gestes. Saint-Jean (Nouveau-Brunswick) et Halifax (Nouvelle-Écosse) ont toutes deux adopté activement le programme « Croissance véritable », une approche et des recommandations soutenues par Cisco qui permettent aux municipalités de tirer profit de l’énergie locale axée sur l’innovation et la transformation communautaire. Après avoir défini le rôle et les motivations de tous les intervenants dans la communauté (l’étape de mappage d’un programme simplifié et efficace en six étapes), les domaines où concentrer les intérêts collectifs et démontrer des résultats concrets de l’innovation sont apparus beaucoup plus évidents qu’auparavant, n’ayant peut-être pas encore été exploités pleinement dans la communauté.

En Ontario, le programme Waterloo Smart Region Initiative, comprenant Kitchener et Guelph, a déjà réuni les gouvernements, les universités, les facultés et le secteur privé pour tirer profit de l’appétit collectif qui stimule la région au moyen de la collaboration et de l’innovation, et pour développer les incroyables « îlots d’innovation » existants dans le but d’accélérer la réalisation des intérêts et des objectifs communs de tous les intervenants. Bientôt, l’initiative terminera également l’étape du mappage, après quoi les programmes et les activités démarreront.

Smart Markham #SmartMkm

Le 11 avril, la ville de Markham (Ontario) a fait son premier pas officiel pour rejoindre ses « sœurs » canadiennes dans le mouvement Communautés intelligentes. J’ai été honoré de contribuer au lancement de l’événement inaugural d’une demi-journée en compagnie de nos partenaires Mansell Nelson de Rogers Communications (la connexion des objets à l’Internet multidimensionnel), Ted Maulluci de Tridel (les immeubles intelligents et connectés), Jim Gragtmans de ET Group (la formation d’écosystèmes collaboratifs), et John Longbottom d’IBM (« comment démarrer »). Ces présentations inspirantes ont été suivies par la confirmation de la vision et de l’engagement d’une ville intelligente par le maire Scarpetti et le conseiller hôte Howard Shore, ainsi que par un débat très intéressant avec certains des bénéficiaires du mouvement Villes intelligentes : les dirigeants du Seneca College, de Powerstream et du Stoufville Hospital. De plus, l’événement inaugural avait comme invité le maire Brad Woodside de Fredericton qui nous a fait part de ses expériences vers une ville intelligente au moyen du système TelePresence de Cisco (…un autre geste significatif d’une ville intelligente, puisque Markham a ainsi réduit ses coûts et son empreinte carbone, tout en profitant de la vision d’un dirigeant d’une ville située à l’autre bout du pays).

St. Albert, Cisco, IBM, NAIT et l’Université de l’Alberta signent un protocole d’entente afin de financer l’alliance des villes intelligentes.

 Communiqué de presse : Lancement de l’alliance des villes intelligentes.

Parmi les nouveaux venus sur cette liste de communautés et de régions qui ont adopté le concept des communautés intelligentes, nous retrouvons St. Albert en Alberta (domicile des futures communautés Rampart’s Avenir). Le 22 avril, les quatre membres fondateurs, soit St. Albert (Alberta), le Northern Alberta Institute of Technology (NAIT), l’Université de l’Alberta (UofA), Cisco et IBM, ont signé un protocole d’entente marquant la création d’un écosystème collaboratif régional qui explorera et tirera profit des avantages du mouvement Villes intelligentes et développera les initiatives collectives déjà mises en place par les différents membres fondateurs dans la région. L’alliance comporte quatre objectifs distincts : (1) favoriser le développement d’un réseau de connaissances des villes intelligentes et d’une collaboration multisectorielle dans la province de l’Alberta; (2) accélérer l’identification, l’élaboration et l’application de solutions municipales intelligentes; (3) stimuler la sensibilisation locale et régionale aux principes, aux applications et aux technologies disponibles des villes intelligentes, et (4) aider les membres de l’alliance à harmoniser les priorités, la recherche, les capacités internes et les données avec l’application des solutions, des démonstrations ou des occasions de commercialisation des villes intelligentes.

À vos marques, prêts, partez!

Il ne s’agit là que de quelques-unes des initiatives stimulantes mises sur pied à l’échelle du pays. Si vous êtes un dirigeant municipal, assurez-vous d’être présent à l’Assemblée générale annuelle de la Fédération canadienne des municipalités (FCM) qui se tiendra cette année à Niagara Falls; vous pourrez en apprendre davantage sur ces initiatives et d’autres encore et obtenir des conseils sur la façon d’entreprendre votre parcours. Lancer la discussion constitue un bon départ. La transformer en action représente l’étape suivante.

À propos de Rick Huijbregts

Rick Huijbregts is Vice President of Industry Transformation where he is responsible for Cisco Canada’s IoE strategy and industry business development. The members of his team are industry subject matter experts and each engage in the transformation of their respective industries (healthcare, oil and gas, financial services, education, real estate, and industrial sector). Huijbregts is also General Manager for Cisco Canada’s Smart + Connected Communities practice, including Smart + Connected Real Estate. Huijbregts holds construction and architecture degrees from Tilburg Polytechnic University and Delft University in the Netherlands, and a doctorate from Harvard University. Huijbregts is currently a faculty member at the Harvard Graduate School of Design Executive Education where he teaches classes on Smart Buildings and Smart Cities. He also serves on several boards of Canadian academic institutions and not-for-profits. Rick Huijbregts est vice-président de la transformation sectorielle dont les responsabilités comptent la stratégie de l’internet multidimensionnel et le développement commercial du secteur industriel de Cisco Canada. Les membres de son équipe sont tous des experts dans différents domaines et œuvrent à la transformation de leurs secteurs d’activité respectifs (santé, énergie, services financiers, enseignement, immobilier et industrie). Huijbregts est également directeur général du segment des communautés intelligentes et connectées, dont le volet immotique des immeubles intelligents et connectés de Cisco Canada. M. Huijbregts est titulaire de diplômes en construction et architecture de l’université Tilburg Polytechnic et de l’université Delft aux Pays-Bas ainsi que d’un doctorat de l’université Harvard. Il est actuellement professeur de Harvard à la faculté d’études supérieures pour les cadres en aménagement urbain où il donne des cours sur la gestion intelligente des immeubles et des villes. Il siège également à plusieurs conseils d’administration d’universités et d’organismes à but non lucratif.
Ce contenu a été publié dans Communautés intelligentes et connectées, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Canada: mouvement Smart City prend son envol

  1. Ping : Le chemin parcouru : Cisco et la Fédération canadienne des municipalités | Blogue de Cisco Canada

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s